La danse avec Evelyne

C’est trop cool la danse. On a appris à danser le galop nantais, la drôlette et le cercle circassien.
Kelia ha Cloe.

La redadeg

On a un bâton dans la main et on court sur la route derrière un camion. Au total il y a 1800 kilomètres de course .Tous les kilomètres, on donne le bâton à une autre personne. Il y avait beaucoup de monde. Sur la route, c’était la fête.

Malo et Arwenn.

Tennis

On a fait deux tours de terrain pour s’échauffer. On a fait une course avec les raquettes et les balles : on pose la balle sur la raquette et il ne faut pas qu’elle tombe.
Anna et Augustin

devezh diwezhañ

Evit kregiñ gant an devezh hon eus graet c’hoarioù hengounel bro-Bearn anvet chistera, main nue ha pala. E Aramits omp bet peogwir ne oa ket plas e sal Arette. Ar sal-se a zo anvet « mur à gauche » peogwir e c’heller c’hoari gant ar voger a zo a-gleiz. Graet hon eus ur c’hrogad gant Thierry a oa tredeog. Deuet omp da zebriñ er greizenn en-dro, ar re o doa c’hoant a c’helle diskuizhañ en o c’hambr goude ar pred, ar re all a zo aet gant Sebastien er « fronton » da c’hoari chistera, main nue ha pala. Goude-se ez eomp e mirdi Baretous. Deskiñ a reomp traoù diwar-benn chaseal ar palomboù, an ostilhoù a veze implijet gwechall evit ober war-dro an dañvadezed, ar mein hag ar c’hoad, filmoù diwar-benn an darempredoù etre traonienn Baretous e Bearn ha traonienn Roncal e Spagn, ar c’hrenn-douar e Arette e 1967, ar vousketerien, hag ar speleologiezh. E fin an devezh hon eus kemeret ar verenn-vihan e-kichen ar ster hag ar vilin. Plijus e oa an devezh peogwir hon eus desket penaos c’hoari sportoù Bearn ha desket traoù ouzhpenn diwar-benn Arette hag e vro.
Pour commencer la journée, nous avons fait des jeux traditionnels du Bearn appelés Chistera, main nue et pala avec Thierry. Nous sommes allés à Aramits car il n’y avait pas de place à la salle d’Arette. Cette salle s’appelle un mur à gauche car nous pouvons jouer avec le mur qui est situé à gauche. Nous avons fait un match avec Thierry qui était arbitre. Nous sommes revenus manger au musée, ceux qui le voulaient pouvaient se reposer dans les chambres pendant que les autres étaient avec Sebastien au fronton pour jouer à la chistera, à la main nue et à la pala. Suite à cela, nous sommes allés au musée du Baretous. Nous avons appris des choses sur la chasse à la palombe, les outils utilisés dans le temps pour s’occuper des brebis, tailler les pierres et s’occuper du bois. Il y a eu aussi des films sur les relations entre la vallée du Baretous (Bearn) et la vallée de Roncal (Espagne), le tremblement de terre d’Arette en 1967, les mousquetaires et la spéléologie. A la fin de la journée nous avons pris le goûter à côté de la rivière et du moulin. La journée était super car nous avons appris des sports du Bearn et appris d’autres choses à propos d’Arette et de son pays.

Arthur M, Arthur R. ha Mewena

devezh erc’h

Gant ar bus omp pignet e La Pierre Saint-Martin, e nec’h ar menezioù. Gwelet hon eus an harz etre Frañs ha Spagn, ha bet omp o welet un toull don en douar anvet islonk. Gwelet hon eus ivez ur menez uhel rannet etre Frañs ha Spagn anvet Pic d’Anie. E-pad ar valeadenn hon eus treuzet plakennoù erc’h anvet neve, gwelet hon eus toulloù campagnoles, ul lec’h gant kalz a vaen kalker, gwelet hon eus ur spesad gwez a gresk an uhelañ e Pirene. Debret hon eus e-kichen un ti-mesaer, ha goude kreistez hon eus kendalc’het gant ar valeadenn. Kalz a erc’h hag a goumoul a oa, pignet e oamp betek 1752 metrad uhelder. En em gavet omp e stasion la Pierre Saint-Martin hag ar gwir hon eus bet da c’hoari e-barzh an erc’h. Cheñchet hon eus dilhad peogwir e oamp gleb-teil ha distroet omp er greizenn. Plijus-tre e oa peogwir hon eus gwelet erc’h ha ne welomp ket kalz, ha farsus e oa.
Nous sommes montés à la Pierre Saint-Martin, en haut des montagnes. Nous avons vu la frontière entre la France et l’Espagne, et nous avons vu un trou profond dans la terre qui s’appelle un gouffre. Nous avons aussi vu une haute montagne qui est divisé entre la France et l’Espagne et qui s’appelle Pic d’Anie. Pendant la randonnée, nous avons traversé des plaques de neige appelé neve, nous avons vu des trous de campagnoles, un endroit avec plein de pierres calcaire, nous avons aussi vu l’espèce d’arbres qui pousse le plus haut dans les Pyrénées. Nous avons mangé à côté d’une maison de berger, et cette après-midi nous avons poursuivi notre randonnée. Il y avait beaucoup de neige et de nuages, nous sommes montés jusqu’à 1752 mètres d’altitude. Nous nous sommes retrouvé à la station de la Pierre Saint-Martin et nous avons eu le droit de jouer dans la neige. Nous avons changé de vêtements parce que nous étions trempés et nous sommes revenus au centre. La journée s’est très bien passée parce que nous avons vu de la neige et nous n’en voyons pas souvent, et c’était très plaisant.

Dyane, Naolïn, Suzy

Redadeg-heñchañ ha Calendreta

Er mintin-mañ omp bet d’ober redadeg-heñchañ. Desket hon eus penaos lenn ur gartenn ha penaos implijout un nadoz-vor. Gant an azimut roet gant Thierry e oa ret deomp klask balizennoù kuzhet war ar gwez pe e-kichen ar pradeier. Goude ar pred e oamp bet da welet bugale skol Calendreta e Oloron Sainte-Marie. Kanet hon eus ha kanet o deus, ur bugel anvet César en deus sonet « vielle à roue » dirazomp, ur benveg sonerezh eus Gwaskogn eo. Ur plac’h he deus sonet violoñs ivez, un ehanig hon eus bet ha lod eus ar baotred o deus desket c’hoari « mains nues ». Debret hon eus ivez krampouezh mat bet fardet gant Bénédicte hag Hélène, chokolad ha bara. War-lerc’h e oan bet da sellet ouzh un abadenn dañs a oa brav-tre. Aet omp kuit gant karr-boutin ar greizenn, ha da brenañ traoù da zegas da Gemperle. Plijus-tre e oa an devezh peogwir hon eus c’hoariet mat gant bugale Calendreta, hag ar redadeg-heñchañ a oa dispar peogwir e oa farsus hag e oa ret klask, neuze e oa plijus.
Ce matin, nous sommes allés faire de la course d’orientation. Nous avons appris comment lire une carte et comment utiliser une boussole. Avec l’azimut que nous donnait Thierry, nous devions chercher des balises cachées sur les arbres ou à côté des champs. Après le repas, nous sommes allés voir les enfants de la Calendreta s’Oloron Sainte-Marie. Nous avons chanté et eux aussi, un enfant appelé César nous a joué de la vielle à roue, c’est un instrument typique de la Gascogne. Un fille nous a aussi joué un morceau de violon, nous avons eu une récréation et quelques uns d’entre nous en ont profité pour apprendre à jouer à la main nue. Nous avons eu de bonnes crêpes préparées par Hélène et Bénédicte pour le goûter, et aussi du chocolat et du pain. Et enfin, nous avons eu un spectacle de danses. Nous sommes ensuite rentrés au centre avec le bus et nous sommes allés acheter des souvenirs à ramener à Quimperlé. La journée s’est bien passée car nous avons bien joué avec les enfants de la Calendreta et la course d’orientation était super car c’était drôle et il fallait chercher, donc c’était plaisant.

Tristan, Anton ha Liléa

speleologiezh

Ar mintin-mañ omp bet da welladenniñ ur vilin evit gouzout penaos fardañ tredan gant dour ha bleud ivez. Deuet omp er greizenn en-dro ha savet hon eus ur bilenn gant rontigoù zinv ha kouevr. Debret hon eus ha bet omp gant ar c’harr-boutin evit ober speleologiezh ha pont-marmouz. Bet omp er vougev ha dour ha pri a oa enni. Lakaet hon eus pri war ar penn. Graet hon eus div dro er vougev, en dro gentañ hon eus gweladennet ar vougev, hag en eil tro hon eus cheñchet hent evit mont en dour. Pa oamp aet er-maez hon eus graet pont-marmouz. Pontoù graet gant fiselennoù metal pe tammoù koad eo, ha ret eo tremen dreist ar stêr. Fiñval a ra, neuze omp kouezhet a-wechoù, ha Pascal an animatour a rae d’ar pont fiñval. Dre chañs hon doa ur bodrie, ha n’eus den a zo kouezhet en dour. Plijus e oa an devezh peogwir hon eus desket penaos sevel ur bilenn, hag er vougev e oa bugale o doa aon met pa z’int bet er-maez e oant plijet.
Ce matin, nous sommes allés visiter un moulin pour savoir comment on faisait de l’électricité avec de l’eau, et comment on faisait de la farine. Nous sommes revenus au centre et nous avons fabriqué une pile avec des rondelles de zinc et de cuivre. Nous avons mangé et nous avons pris le bus pour faire de la spéléologie et du pont de singe. Nous sommes entrés dans la grotte dans laquelle il y avait de l’eau et de la boue. Nous nous en sommes mis sur le visage. Nous avons fait deux tours dans la grotte : le premier pour visiter la grotte, le second pour rallonger la visite et passer dans l’eau. Quand nous sommes sortis nous avons changé d’activité et nous avons fait du pont de singe. Ce sont des ponts faits avec des câbles en métal ou des rondins de bois, il faut passer par-dessus la rivière. Ils bougent, nous sommes tombés quelques fois, et en plus Pascal l’animateur les faisait bouger. Heureusement, nous avions un baudrier, et personne n’est tombé dans l’eau. La journée était plaisante car nous avons appris ce qu’il y avait dans une pile, et certains d’entre nous avait très peur de rentrer dans la grotte, mais ils étaient très contents d’avoir fait de la spéléologie quand ils sont sortis.

Arthur R, Armel, Manon

Pourmenadenn er pri…

Hiziv hon eus graet ur bourmenadenn gant Pascal. Gwelet hon eus buoc’h anvet Bareton gant kerniel hir. E tro un hent omp en gavet gant 3 bultur fauve a oa kludet war ur wezenn-varv. Chomet omp sioul ha didrouz kuit da direnkañ anezho, ha nijet kuit o deus goude. E-pad ar bourmenadenn hon eus gwelet ur poull-dour pri gant tritoned. Kendalc’het hon eus da vale e lein ar menezigoù ha debret hon eus e-barzh ur c’hoad. Pascal en deus displeget deomp penaos e veze graet war-dro ar c’hoad gant an dud. An hent a oa hir ha gleb-teil, kerzhet hon eus e-barzh ar pri, ar bragoù, ar botoù hag an holl a zo bet lous-spontus. Plijus-tre e oa ar bourmenadenn peogwir e oamp lous, hag hon eus desket traoù diwar-benn ar bultur hag ar vuoc’h Bareton.
Aujourd’hui, nous avons fait une randonnée avec Pascal. Nous avons vu des vaches appelées Bareton avec de longues cornes. Au détour du chemin nous nous sommes trouvés avec 3 vautours fauve qui étaient perchés dans un arbre mort. Nous sommes restés tranquilles et silencieux pour ne pas les déranger, et ils se sont envolés ensuite. Pendant la randonnée, nous avons aussi vu une grande flaque avec des tritons et des têtards dedans. Nous avons ensuite continué à marcher sur la crête des petites montagnes et nous avons mangé dans un bois. Pascal nous a expliqué comment les gens s’occupaient du bois. Le chemin était long et très boueux, nous avons marché dans la boue. Les pantalons, les chaussures et nous tous étions très sales. La randonnée était très plaisante car nous étions sales, et nous avons appris plein de choses à propos des vautours et des vaches Bareton.

Youen, Louis ha Maël

Devezh kentañ e Arette

Er mintin-mañ e oamp bet o weladenniñ un ti-feurm gant Thierry. Desket hon eus penaos e fardomp fourmaj. Kemer a reomp laezh buoc’h pe dañvadezed, lakaat a reont al laezh e-barzh ur gastelodenn war an tan hag e ouzhpennomp presure. Meskañ a reomp ha tommañ a reomp betek 42°C. Lezel a reomp da diskuizhañ. Goude e lakaomp e-barzh ur moul gant toulloù evit tennañ al laezhig bihan. Pouezañ a reomp gant an dorn ha lezel a reomp da sec’hiñ ha da goshaat e-pad 2 viz. Goude kreistez omp bet e-barzh ur sal evit kaozeal diwar-benn ar c’hrennoù-douar, peogwir e oa bet unan bras e Arette e 1967. Thierry en deus displeget deomp petra a oa e-barzh an douar, penaos e fiñv ar plakennoù ha perak ez eus krennoù-douar. Goude-se omp bet o weladenniñ Arette ha displeget en deus deomp penaos e oa savet an tiez gwechall gant bili (foto), hag efedoù ar c’hrennoù-douar war an tiez. Kemeret hon eus ar verenn-vihan e-kichen ar stêr. Plijus e oa an devezh peogwir hon eus flouret ur c’hi patou, hag hon eus gwelet laboused-preizh anvet bultur fau, hag hon eus fardet ur fourmaj a zebrimp er skol e fin ar bloaz.
Ce matin, nous sommes allés visiter une ferme avec Thierry. Nous avons appris comment fabriquer du fromage. Il faut du lait de vache ou de brebis, nous le versons dans une casserolle et nous rajoutons de la presure. nous mélangeons et chauffons jusqu’à 42 degrés. Nous le laissons reposer. Ensuite, nous le mettons dans un moule avec des trous pour retirer le petit lait. Nous appuyons avec la main et nous le laissons reposer et vieillir pendant 2 mois. Cet après-midi nous sommes allés en classe pour parler des tremblements de terre car il y en a eu un gros en 1967. Thierry nous a expliqué ce qu’il y avait dans la terre, comment bougeaient les plaques et pourquoi il y a des tremblements de terre. Ensuite, nous avons visité Arette, il nous a expliqué comment étaient faites les maisons en galets (photo) et les effets des tremblements de terre sur les maisons. On a ensuite pris le goûter à côté du ruisseau qui longe le centre. La journée était très plaisante car nous avons caressé un Patou, nous avons vu un groupe de vautours fauve et nous avons fabriqué un fromage que nous mangerons à l’école à la fin de l’année.

Sélena, Camille ha Valentine.

Fest ar vugale : un après midi pour tous les enfants

 

Dans le cadre du festival Taol Kurun, qui égaie depuis plus de 20 ans l’hiver dans le pays de Quimperlé, l’école proposera le dimanche 14 janvier, de 14 à 18h un après midi dédié aux enfants.

Au programme :

  • des ateliers de 14h à 16h : crep’ art, vannerie, nœuds de marins, jeux de société, lectures et chant, coin jeu, les animaux de la ferme de Gi, broderie, tournage de petits films sur le thème des super héros, créations à partir des éléments de la nature.
  • goûter à 16h : des crêpes, du chocolat chaud, du jus de pomme, tout ce qu’il faut pour régaler petits et grands et reprendre des forces.
  • spectacle « Loened fur ha fol » à 17h :  à travers ce spectacle, le chant de Morwenn Le Normand et la guitare de Roland Conq partageront avec les enfants le quotidien de « Job an Tog », le coq de la basse- cour. Comme dans toutes les basse-cours, une journée est rythmée par les événements, dont le premier est le réveil quelque peu bruyant de notre coq. D’autres moments importants de la journée nous mèneront finalement au coucher, tout comme chaque enfant à chaque journée. Les animaux d’ailleurs … ronflent aussi. Le saviez-vous? Job an Tog nous présentera ses amis sans oublier le chat intrépide de Nikolas qui emmènera les enfants dans sa danse du Peudi-Peudé au « retour de l’école des animaux ».

Les animations et le spectacle seront en breton, ils sont cependant ouverts à tous les enfants, bretonnants on non, plaisir assuré pour tous !
Côté tarifs, l’entrée à 5€ (gratuit pour les moins de 2 ans et les plus de 14 ans) donne accès à toutes les activités et au spectacle.